Accéder au contenu principal

COMMENT LUTTER CONTRE LE MANQUE DE CONFIANCE EN SOI

Femme qui manque d'estime de soi


Avoir des moments de doute est tout à fait normal et touche chacun de nous. Même ceux qui paraissent absolument sûrs d’eux ont parfois des hésitations. L’envie de réussir amène souvent avec elle la peur de l’échec. Tant que le doute est raisonnable, tu réussis toujours à retomber sur tes pattes. Mais dans le cas contraire, la peur peut prendre le dessus et t’empêcher d’aller de l’avant. Lorsque tu te laisses envahir par tes craintes, tu n’as plus le contrôle sur rien et c’est bien là le problème. Pourtant, ta seule limite, c’est toi-même : non pas parce que tu manques de ceci ou que tu n’es pas cela, mais bien parce que tu ne t’acceptes pas comme tu es. Si la peur est plus forte que le reste, c’est clairement que tu manques d’estime de toi.

Mais avant de réfléchir à ce qui peut nourrir l’estime de soi, parlons déjà de tout ce qui peut lui nuire.

« Le problème avec le monde c’est que les gens intelligents sont pleins de doutes alors que les imbéciles sont pleins de certitudes » Charles Bukowski.

 

1er signe : Tu te juges sévèrement.

Une chose flagrante lorsqu’on a peu d’estime de soi, c’est que l’on ne s’accepte pas.

Tu es obsédé par une ou plusieurs parties de ton corps. Tu es persuadé que ces défauts sont la première chose que l’on voit chez toi. Tu ne t’aimes pas physiquement et doutes même que quelqu’un puisse te trouver assez bien physiquement.

Tu focalises sur les points négatifs en toi, ta personnalité, ton caractère, ta façon d’être avec les autres, tes émotions. Tu as l’impression que les gens te jugent sans arrêt, ne s’intéressent pas à toi, car tu n’es pas à la hauteur.

Tu te compares sans cesse aux gens qui t’entourent. Tu vois chez eux de nombreuses qualités que tu ne retrouves pas en toi. Tu déformes sans t’en rendre compte la réalité en n’acceptant de voir chez l’autre que des qualités que tu es loin d’égaler. Tu te sens inférieur et cela te mine le moral.

Ton perfectionnisme te pourrit la vie dans tous les domaines. Tu te déçois en permanence et rien de ce que tu fais n’est jamais assez bien. Tu t’épuises à vouloir tout contrôler que ce soit dans le travail ou dans ta vie personnelle. Tu te crées sans cesse de nouveaux objectifs complètement surréalistes. Face à l’échec, tu culpabilises et perds encore plus confiance en toi. Lorsque tu réussis quelque chose, tu penses que tu ne le mérites pas : tu es victime du syndrome de l’imposteur.

 

2e signe : Tu veux plaire aux autres à tout prix et tu t’oublies.

Pour tenter d’endormir ta peur d’être rejeté ou trahi, tu essayes par divers moyens de t’adapter aux autres.

Sans cesse, tu cherches à séduire ton entourage. Tu fais tout pour obtenir la permission d'agir et des compliments, quitte à ne pas être toi-même. Ce qui nous mène au point suivant : Tu te crées un personnage. Dès que tu es entouré, tu fais semblant d’être quelqu’un d’autre. Tu n’es pas la même personne en société que dans l’intimité. Tu t’es forgé une véritable carapace afin de plaire aux autres, mais surtout pour te protéger.

Tu ne supportes pas l’idée de ne pas savoir ce que les autres pensent de toi. Cela crée en toi une tension interne si forte que tu te sens quotidiennement dans l’insécurité. Tu t’infliges cette torture de l’esprit en projetant tes propres pensées sur ceux qui t’entourent. Évidemment, tu fais souvent erreur ou alors, tu fais en sorte que tes craintes se vérifient en voulant te donner raison.

 

3e signe : Tu t'interdis d’être heureux. Tes choix sont dictés par le désir de ne pas décevoir.


S'aimer et prendre soin de soi

Tu te sabotes en t’interdisant inconsciemment de réussir. Même quand il n’y a pas de problèmes apparents, tu parviens à faire émerger des difficultés et à te compliquer l’existence. Tu as tendance à rechercher les problèmes plutôt que les solutions.

Ton pessimisme est plus fort que tout et tu as l’impression que la malchance te poursuit. Tu n’écoutes pas tes propres besoins, tes envies. Tu te contrains dans des choix qui ne t’appartiennent pas : dans le but de ne pas froisser ceux qui t’entourent. Tu penses que faire des choses pour toi, c’est de l'égoïsme et l’assurance de finir seul.

Tu t’interdis de demander de l’aide. Tu préfères rester seul dans tes problèmes et penses ne pas mériter de soutien. Au lieu d’essayer de trouver des solutions pour avancer, tu t’enfonces dans l’inaction et ton mal-être. Pour toi, les échecs se cumulent et tu t’en veux de répéter les mêmes erreurs. Donc tu finis par te renfermer sur toi. Tu sors peu et tu préfères rester seul chez toi. Tu es solitaire, mais tu le vis mal. Tu as l’impression de ne pas être comme la plupart des gens et te sens marginal. Tu préfères prendre la fuite et éviter les échanges qui sont pour toi une menace.

 

Tous ces schémas peuvent être plus ou moins accentués selon le degré de manque d’estime de soi. Ce qui est certain, c’est qu’il y a un lien indissociable entre la relation que l’on a à soi-même et celle que l’on a avec autrui. Lise Bourbeau dit avec beaucoup de sagesse que « nous sommes avec les autres comme ils sont avec nous et comme nous le sommes avec nous-mêmes. Donc si vous jugez une autre personne d’être injuste, vous l’êtes avec elle ainsi qu’avec vous-même. » Donc si tu veux que les autres te perçoivent de manière positive, travaille sur l'estime de toi.

Proverbe sur l'estime de soi

  • Apprends à accepter tes qualités, mais aussi tes défauts. (Tu es parfaitement imparfait)                        
  • Fixe-toi des objectifs propres à tes envies. (Vis la vie que tu désires)
  • Mets des actions en place pour augmenter ta confiance par le biais de l’expérience. (Chaque action te rend plus fort)
  • Enfin, donne-toi de l’amour, car tu le mérites (Personne ne sait mieux que toi ce dont tu as besoin.)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Alimentation gourmande pour colopathes : Pancakes sans gluten et sans lactose.

Qui n'aime pas les pancakes ? Ces petites crèpes moelleuses et gourmandes, grand classique des petits déjeuners du weekend ou des petits dèj' tout court! En tout cas, moi je suis une fan inconditionnelle!  Le hic, c'est que quand on est colopathe, intolérant au lactose ou au gluten , il vaut mieux éviter les produits laitiers et les farines de blé. J'attache une très grande importance au choix des aliments que je consomme au quotidien car j'ai depuis longtemps compris que ce que je mange a une large incidence sur les troubles digestifs.  J'essaye autant que possible de trouver des solutions alternatives pour rendre mes recettes plus digestes et éviter ainsi les crises de spasmes et autres problèmes très désagréables. Le but étant d'éviter les tracas liés au syndrome de l'intestin irritable que je ne souhaite à personne tellement cela peut me pourrir la vie...  Grâce à une nutrition adaptée et réfléchie, je digère bien mieux mes repas et j'ai enfin re

Henné : astuces pour réussir sa couleur végétale

Tu souhaites  tester la coloration végétale  seule, comme une grande, et tu es enfin décidée à adopter une green routine. Bravo ! Il faut dire que c'est un peu angoissant, car c'est un monde totalement inconnu dans lequel tu t'apprête à plonger. Comment s'y prendre pour réussir sa couleur? Comment avoir de beaux cheveux forts et brillants naturellement tout en utilisant des cosmétiques sains et écoresponsables  ? Je vais ici tenter de répondre à tes questions sur les plantes colorantes dont le henné fait partie. Fini les couleurs chimiques qui sentent l'ammoniac à des kilomètres et les démangeaisons. Place aux cheveux éclatants de santé à faire pâlir d'envie le reste du monde !  Etape 1 : préparer ses cheveux à la coloration Peu importe la nature de tes cheveux et ce que tu leur a fait comme entretien auparavant, il est tout à fait possible de passer à la coloration végétale maison avec simplicité et sans se ruiner   Bien évidemment, il existe plusieurs étapes

Syndrome de l'intestin irritable : quel lien entre alimentation et colopathie fonctionnelle

Changer son alimentation pour mieux vivre avec le syndrome de l'intestin irritable Après des années à subir l e syndrome de l'intestin irritable , fatiguée et lassée de ces crises de douleur digestive , je me suis  décidée à reprendre en main ma santé. Depuis plus de dix ans maintenant j'ai compris que mes troubles digestifs sont étroitement liés à une  alimentation inadaptée et une mauvaise capacité digestive . Aussi, l'hygiène de vie est en en partie responsable du SII dont je souffre (syndrome de l'intestin irritable). L'anxiété, le stress, un sommeil de mauvaise qualité, un rythme de vie inadéquate : autant de facteurs  à prendre en compte si l'on veut aller mieux. Colopathie fonctionnelle : aller mieux, c'est possible! Ces troubles digestifs largement sous-estimés par les médecins  me suivent pourtant depuis ma naissance . Ces derniers considèrent que la colopathie n'altère en rien l'état de santé. Pourtant, de simples problèmes "fon