Accéder au contenu principal

Syndrome de l'intestin irritable : quel lien entre alimentation et colopathie fonctionnelle


Changer son alimentation pour mieux vivre avec le syndrome de l'intestin irritable



Après des années à subir le syndrome de l'intestin irritable, fatiguée et lassée de ces crises de douleur digestive, je me suis décidée à reprendre en main ma santé. Depuis plus de dix ans maintenant j'ai compris que mes troubles digestifs sont étroitement liés à une alimentation inadaptée et une mauvaise capacité digestive. Aussi, l'hygiène de vie est en en partie responsable du SII dont je souffre (syndrome de l'intestin irritable). L'anxiété, le stress, un sommeil de mauvaise qualité, un rythme de vie inadéquate : autant de facteurs  à prendre en compte si l'on veut aller mieux.

Colopathie fonctionnelle : aller mieux, c'est possible!

Ces troubles digestifs largement sous-estimés par les médecins me suivent pourtant depuis ma naissance. Ces derniers considèrent que la colopathie n'altère en rien l'état de santé. Pourtant, de simples problèmes "fonctionnels" peuvent engendrer à long terme et dans certains cas de véritables pathologies chroniques. En effet, les maladies de civilisations dites modernes (fibromyalgie, sclérose en plaque, Crohn...) prennent en grande partie leur origine dans l'intestin, organe aux multiples fonctions (immuniraire, nettoyage, métabolique). 

Avec tout ce que l'on entend sur le SII, il devient difficile par soi-même de démêler le vrai du faux. Souvent abandonné.es avec notre douleur et sans traitements efficaces, nous sommes forcé.es de "vivre avec".

En dépit de tout, et même si la plupart des médecins ne sont pas formés pour accompagner leurs patients souffrant de SII, vous pouvez vous faire aider par des thérapeutes compétents.

Une approche holistique globale individualiséeparticulièrement centrée sur l'hygiène de vie (dont l'alimentation fait partie) permet dans de nombreux cas d'aider les personnes souffrant de pathologies digestives chroniques.

Le thérapeute procède à une anamnèse des troubles et met ainsi en lumière les causes profondes de la maladie grâce à ses observations. Il ne cherche donc pas seulement à éradiquer les symptômes, mais plutôt à enrayer le problème à sa source. Il proposera alors des actions visant à améliorer le quotidien, voire même endormir le syndrome de l'intestin irritable et vivre normalement dans de nombreux cas. Le maître-mot sera donc le suivant : gardez espoir! Et n'hésitez pas à consulter un.e naturopathe, micro nutritionniste ou encore diététicien.ne spécialisé.e dans les troubles digestifs


La colopathie fonctionnelle est un syndrome de la sphère digestive qui entraîne des douleurs et des troubles gastro-intestinaux. Certains aliments peuvent aggraver les symptômes tandis qu'une alimentation spécifique peut apaiser le tube digestif.

Le syndrome de l'intestin irritable et ses conséquences.

Qu'est ce que le syndrome de l'intestin irritable?

La colopathie fonctionnelle est un trouble du fonctionnement du tube digestif et plus particulièrement des intestins. Comme son nom l'indique, elle se caractérise par un dysfonctionnement de la motilité du colon. Cette partie de l'intestin se contracte trop ou pas assez, provoquant ainsi divers symptômes dont des spasmes pouvant être très douloureux et quotidiens. Selon le consensus médical, ce syndrome, bien que désagréable, reste sans gravité pour les patients car il ne provoque aucune lésion dans l'organisme. 

La cause de ce syndrome reste pour l'heure assez floue, mais il semble que la majorité des patients possèdent un terrain propice au stress et aient connu par le passé des épisodes d'infections intestinales.
Même si aucune preuve n'a démontré de facteur héréditaire du colon irritable, il semble possible qu'un parent puisse transmettre à son enfant une flore bactérienne intestinale fragile qui sera davantage susceptible d'entraîner des troubles digestifs par la suite.

Certaines études tendent à démontrer l'importance de l'allaitement du nourrisson puisque c'est lors de cette étape de la vie du bébé que la maman transmet avec le lait maternel à son enfant ses défenses immunitaires et que l'enfant forme son propre microbiote intestinal. (bifidobactéries...)
L'accouchement par césarienne constitue un facteur de risque non négligeable. Elle empêche la colonisation bactérienne du nourrisson par la flore vaginale de la mère. 

On relève également à l'origine des intolérances alimentaires comme par exemple celle au gluten ou au lactose (qui peuvent aussi être une conséquence du SII plutôt que la cause elle-même) ou encore une inflammation de l'intestin, une perméabilité intestinale et un déséquilibre de la flore bactérienne dans le colon. Enfin le syndrome du colon spasmodique peut être en lien avec une autre pathologie venant perturber la digestion et le transit. Et certains traitements médicaux peuvent occasionner un déséquilibre de l'appareil digestif:
  • en ralentissant ou accélérant le transit
  • en appauvrissant la flore intestinale
  • en entravant le travail métabolique au sein de l'intestin (synthèse d'hormones, de vitamines, etc.)


Symptômes de la colopathie fonctionnelle

Les symptômes caractéristiques du syndrome de l'intestin irritable sont variables d'une personne à l'autre. Pour qu'un diagnostic soit posé, ils faut que les troubles digestifs soient présent sur plusieurs semaines consécutives. On retrouve parmi les symptômes les plus courants :
  • les douleurs abdominales, l'hypersensibilité intestinale
  • l'inconfort digestif, principalement après les repas
  • les troubles du transit intestinal (diarrhées et/ou constipation)
  • la fatigue chronique et les douleurs diffuses
  • les ballonnements et gaz
  • une inflammation de l'intestin

Le diagnostic de la colopathie fonctionnelle

Le diagnostic s'établit par un gastroentérologue qui a au préalable effectuée des examens endoscopiques et une analyse sanguine. Ces examens permettent d'écarter certaines maladies telles que le Crohn, la rectocolite hémorragique ou encore la maladie cœliaque. Lorsque tout va bien sur le plan organique, on pose alors le diagnostic de syndrome de l'intestin irritable. Il s'agit donc d'un diagnostic par élimination

Environ 10 % à 15 % de la population en Europe est atteinte de cette maladie chronique. Elle touche en majorité des femmes généralement diagnostiquées autour de la trentaine. Cependant, de nombreuses personnes souffrent de problèmes digestifs chroniques sans pour autant avoir reçu un diagnostic officiel. 

Il n'existe aucun traitement curatif pour ce syndrome. Le gastroentérologue prescrit généralement aux patients des médicaments de confort dans le but de d'apaiser les symptômes.
Les médecins préconisent également une bonne hygiène de vie : sommeil, yoga, sport, relaxation, sorties en pleine nature ainsi qu'une alimentation pauvre en fibres fermentescibles (FODMAP) afin de limiter la production de gaz dans l'intestin.
Il est aussi conseillé de limiter fortement café, alcool et tabac. Ce sont en effet des facteurs aggravant la colopathie fonctionnelle.

Les conséquences de la colopathie sur la qualité de vie

La dégradation des fonctions digestives et de l'état de santé global.

Bien que le syndrome de l'intestin irritable soit d'apparence bénigne, il se répercute à long terme sur la santé et le bien-être des malades. C'est d'autant plus souvent le cas que les traitements proposés par les médecins ne possèdent pas de véritable efficacité. Les médicaments prescrits ne règlent pas les causes profondes et ne visent qu'à calmer la douleur. Certains patients peuvent être soulagés par les régulateurs de transit (anti-diarrhée ou anti constipation), mais souvent de manière temporaire seulement.

douleurs digestives après les repas

Ainsi, être malade quotidiennement ou très régulièrement des intestins engendre de facto un état de fatigue important et met le corps à rude épreuve sur la durée.

Le fait de devoir restreindre son alimentation, d'éviter certains aliments pour limiter les crises de colopathie, peut occasionner des carences en vitamines et minéraux. Ce manque déséquilibre encore davantage l'état de santé de la personne souffrant du SII.

Par exemple, une alimentation  pauvre en fibres (les malades ont tendance à les supprimer pour éviter les douleurs), va inévitablement entraîner un appauvrissement et une fragilisation de la flore intestinale. Le microbiote, formé par des milliard de bactéries qui se nourrissent de ces fibres possède un rôle majeur pour la santé. Lorsque celui-ci se déséquilibre (certains micro-organismes prolifèrent et se retrouvent en surnombre. D'autres viennent à manquer) on parle alors de dysbiose intestinale. c'est cette dysbiose qui semble la plupart du temps responsable d'une dégradation des fonctions digestives. A long terme, cela occasionne de nombreuses conséquences sur la santé générale (fonction immunitaire, hormonale...)



La colopathie fonctionnelle est donc souvent associée à:

  • La perméabilité intestinale qui provoque la mal absorption des nutriments et par conséquent, aussi des carences nutritionnelles. En effet, à force d'irritations et d'inflammations provoquées par les troubles du transit, la muqueuse intestinale se fragilise et devient poreuse. Elle ne peut également plus assurer son rôle de barrière et de filtre. Par conséquent, elle laisse passer dans le sang certains parasites, déchets toxiques et autres substances pouvant provoquer par la suite une réponse auto-immune.
  • La fibromyalgie (douleurs multiples)
  • Le syndrome de fatigue chronique
  • La dyspepsie ou difficulté à digérer, pouvant résulter à l'origine d'une hypochlorhydrie (manque d'acidité gastrique). 
  • Les reflux gastro-œsophagiens (souvent traités par des IPP qui dérèglent au long court la production d'acide dans l'estomac.

Pour toutes ces raisons, il est donc indispensable de s'approprier une alimentation adaptée aussi bien par rapport aux besoins nutritionnels qui nous sont propres, que par rapport à notre capacité digestive. C'est cette alimentation qui permet en grande partie aux intestins de fonctionner et de se régénérer. 

Tous ces facteurs et leurs conséquences entremêlées font du syndrome de l'intestin irritable un véritable casse-tête. La personne malade se retrouve prise dans un cercle vicieux du déséquilibre et des troubles intestinaux. En général, plus le temps passe et plus les symptômes deviennent lourds si rien n'est fait.

Pour enrayer les troubles, il est donc indispensable de s'intéresser aux causes profondes de la maladie et de prendre en compte le corps dans sa globalité puisque le système digestif se trouve intrinsèquement relié aux autres fonctions organiques.

Anxiété et syndrome de l'intestin irritable: peur d'avoir mal au ventre

Le stress vient souvent s'immiscer dans la vie des personnes malades du colon spasmodique. Ces derniers s'imposent des contraintes et des restrictions alimentaires parfois très poussées afin d'éviter des situations inconfortables ou de violentes crises de douleur. 

Le stress, facteur aggravant du colon irritable


Cet état de stress permanent enferme la personne malade dans un cercle vicieux de mal-digestion : on dit souvent que la peur n'évite pas le danger. On pourrait même ici rajouter que le stress va inévitablement vous donner mal au ventre.

En effet, lors d'un état de stress, le système nerveux sympathique prend le contrôle de l'organisme comme c'est le cas lors de situations dangereuses où l'on est amené à fuir : le rythme cardiaque s'accélère, le corps se concentre sur les fonctions les plus importantes, se met en "mode survie". De ce fait, la digestion se bloque. L'organisme qui subit un stress n'est donc plus en mesure d'assurer un travail digestif optimal, d'où une aggravation des symptômes du SII.

A l'opposé du système nerveux sympathique, le système parasympathique permet la bonne digestion. Lorsque ce dernier s'active, on observe la baisse du rythme cardiaque et les fonctions digestives redeviennent performantes. voila donc une bonne raison de pratiquer des activités de relaxation et de manger dans une atmosphère calme et sereine, loin du bruit et de toute pression ou contrariété.


L'anxiété sociale liée au syndrome de l'intestin irritable


L'évitement de certaines situations stressantes pour les colopathes est courant et mène souvent à un isolement social. Les soirées et sorties deviennent source d'angoisse. L'anxiété provoquée par le syndrome entraîne par conséquent pour de nombreux malades une laxophobie plus ou moins marquée.(peur de devoir aller aux toilettes dans un lieu public, d'être malade et de ne pas réussir à se contrôler). 
 
0n constate des arrêts de travail plus fréquents chez les personnes atteintes de colopathie fonctionnelle que chez les autres individus.
La colopathie fonctionnelle, difficile à vivre au travail entraîne bien souvent une honte pour les employés qui ont tendance à cacher leur SII (syndrome de l'intestin irritable). Il n'est pas rare qu'aucun collègue ni même l'employeur ne soit au courant de la situation. Cette volonté de cacher le syndrome rajoute alors une énième couche de stress au tableau. 

Tout ce stress que subit une personne peut par conséquent avoir des répercussions sur son bien-être psychique. Certaines peuvent rencontrer des épisodes dépressifs, d'autant plus si la flore intestinale est fragilisée. (la sérotonine, hormone du bonheur est fabriquée dans les intestins. CQFD).


SII: errance et combat pour retrouver une bonne santé

Comprendre les causes de ses problèmes intestinaux

Malheureusement, l'hygiène de vie (enfin, surtout l'hygiène que l'on pense "bonne")  ne suffit pas toujours! Il m'a fallu presque plus de 10 ans pour le comprendre et réussir à toucher les causes profondes de mon syndrome de l'intestin irritable. En effet, ne suffit pas de retirer un aliment que l'on ne tolère pas pour aller mieux ni de prendre des probiotiques par cure. Si l'on veut véritablement s'attaquer au troubles digestifs, il est impératif d'activer tous les leviers de santé (sommeil, alimentation, activité physique, gestion du stress et des pensées négatives, développement personnel).

Après des années d'errance médicale menant de médecins en gastroentérologues, mais aussi aux médecines douces et alternatives (acupuncture, naturopathie, ostéopathie, chiropracticien, hypnose), on comprend qu'effectivement, les causes de nos douleurs, quelles qu'elles soient, sont bien souvent multifactorielles. Il est même difficile de ne pas s'éparpiller tant le champs des approches thérapeutiques est vaste. A vouloir tout tester en même temps, on ne fait toujours les choses de manière optimum et il devient difficile de savoir ce qui s'avère bénéfique pour soi ou non. 

A force de recherches personnelles et de consultations auprès de professionnels de santé passionnés, j'ai réussi pour ma part à mieux cerner mes faiblesses concernant mon alimentation ainsi que la sphère psycho émotionnelle: Des repas trop copieux, des combinaisons alimentaires non optimales, des repas mal mastiqués, trop rapides et un stress chronique de fond totalement délétère ont entretenu mes nombreux troubles digestifs. Le tout aggravé également par beaucoup de pensées négatives et un excès de sport (10h par semaine de fitness qui ont complètement épuisé mon organisme pendant plusieurs années).

La première étape pour soigner la colopathie fonctionnelle reste donc recherche et la prise de conscience des causes sous-jacentes liées à notre mode de vie. 


Stop aux aliments pro inflammatoires pour soulager le ventre. 

Certains aliments s'avèrent très délétère de manière générale, et encore plus pour les personnes ayant une fragilité digestive marquée. 


Le lactose des produits laitiers, mauvais pour les intestins?

J'ai drastiquement arrêté de consommer des produits laitiers à l'exception d'un peu de beurre et de fromage au lait cru.

les produits laitiers peuvent entraîner de nombreux troubles pour la santé et sont responsables en partie de l'inflammation du corps et de certaines maladies chroniques inflammatoires et auto-immunes


En effet, le lait que l'on retrouve dans la plupart des aliments industriels est non seulement indigeste pour l'être humain (l'adulte n'a plus d'enzymes de lactase pour digérer le lactose), mais il est en plus issu d'élevages de vaches laitières ayant subis de nombreux croisements génétiques (à des fins de productivité) rendant ce lait inflammatoire et toxique pour nos intestins ainsi que notre organisme en général.

Pour ces raisons et sur conseil de mon naturopathe, j'ai évincé totalement de mes assiettes tous les yaourts, fromages blancs, crèmes, fromages frais et bien sûr tous les aliments transformés qui contiennent du lactose. (Et ils sont nombreux !). Certaines personnes peuvent à contrario digérer le lait, mais il faut garder à l'esprit que seul le lait biologique et issu d'un élevage de vaches laitière de race pure pourra être toléré si l'on veut éviter certaines pathologies chroniques dans le futur. 

Lorsque l'on consomme des produits laitiers, la digestion peut se trouver très fortement perturbée, causant des crampes intestinales et de la diarrhée, voire même de la constipation. En effet, le tube digestif ne possède pas la capacité en règle générale de traiter cet aliment lors de la digestion. Ainsi, les aliments arrivent dans les intestins sans avoir subis les transformations nécessaires: ils fermentent et irritent les muqueuses de l'intestin. C'est alors que surviennent les premiers symptômes.


Le gluten : responsable des ballonnements et du mal de ventre ? 

L'éviction du gluten peut avoir un impact très positif sur l'état de santé de nos intestins. C'est d'autant plus le cas si votre système digestif est fragilisé et qu'une porosité intestinale est suspectée ou avérée. Ce qui est souvent une réalité oubliée chez les personnes atteintes du syndrome de l'intestin irritable.(NDLR)

le gluten de blé moderne



Il faut cependant bien distinguer l'intolérance au gluten de la maladie cœliaque (allergie). Cette dernière nécessite impérativement la suppression totale du gluten sous peine de réactions immunitaires graves. 

Bien évidemment, tout le monde ne réagit pas au gluten par des troubles digestifs, mais ce dernier fait partie des facteurs aggravants lors de pathologies digestives quelles qu'elles soient. Et le fait d'en réduire sa consommation peut fortement soulager les symptômes.

Depuis les années 1960, le blé n'est plus le même que celui d'antan. On distingue donc plusieurs variétés de blé (dont le gluten est issu): d'une part les variétés anciennes de blé que sont le petit épeautre et le Khorasan. Celles-ci contiennent un gluten naturel peu problématique pour les personnes souffrant du SII.

D'autres part, on retrouve le produit plus consommé à l'heure actuelle : le blé moderne issu de nombreuses mutations génétiques tout comme le maïs, toujours dans le but d'obtenir des cultures plus productives et un blé facile d'utilisation pour l'industrie agroalimentaire. Cette protéine de gluten moderne, lorsqu'elle est mélangée à de l'eau, forme une espèce de colle indigeste nocive pour la paroi des intestins. Notre organisme n'a pas été conçu pour absorber un tel aliment : ses enzymes digestives et son système immunitaire ne sont pas assez performants. Le fait que de plus en plus de personnes se disent intolérantes au gluten démontre bien qu'une grande partie de la problématique se trouve en réalité dans la qualité du blé ainsi que de l'alimentation et le mode de vie. Le blé d'aujourd'hui n'a finalement plus rien en commun avec le blé ancien. (42 chromosomes contre 14 à l'époque). Et c'est malheureusement le cas pour de nombreux autres aliments. Les aliments ultra transformés sont donc à éviter si l'on veut protéger son système digestif. Il n'y a rien de mieux qu'une alimentation vivante et brute pour apporter à l'organisme les nutriments dont il a besoin. 


Changements alimentaires et approche holistique pour vaincre les problèmes digestifs

Malgré la difficulté, surtout dans les débuts qu'impose le fait de ne pas consommer de produits contenant du lactose et du gluten, j'ai constaté une nette amélioration de mon état digestif. 

Que ton alimentation soit ton médicament 

Même si le soulagement ne fut pas total, j'ai subi moins de crises de douleurs. Les crises de colopathie étaient plus légères et plus espacées. J'ai par ailleurs arrêté progressivement de consommer des aliments transformés et hyper transformés (même si je n'en consommais que peu en réalité ). Le fait de revenir à une alimentation plus naturelle, plus brute fut un élément clé de mon soulagement. J'ai pu ainsi apporter à mon organisme davantage de vitamines, de minéraux et des nutriments de bien meilleure qualité, nécessaires à ma vitalité.

compléments de phytothérapie


En limitant les aliments agressifs pour la paroi intestinale et en soutenant mon organisme avec des compléments alimentaires naturels et ciblés comme l'ashwagandha, la L-glutamine, la vitamine D et la berbérine, j'ai réussi à apaiser ma digestion et à remettre en ordre tous les petits dérèglements inhérents au SII. (fatigue, anxiété, stress, rhinite, problèmes de peau et douleurs articulaires).

Attention cependant, tous ces compléments alimentaires et conseils ne doivent pas être utilisés et appliqués au hasard. Pour traiter votre problème digestif, il vaut mieux vous faire accompagner par un spécialiste qui vous aidera au travers d'un protocole individualisé et adapté par rapport à votre situation et votre terrain.

Apaiser le mental : un esprit sain dans un corps sain

J'ai également un important travail à faire sur la sphère psycho émotionnelle pour me permettre une meilleure gestion du stress. Chose dont j'avais conscience mais que je ne parvenais pas à mettre en application pour deux raisons : je ne savais comment m'y prendre ni quel était l'intérêt de le faire et l'incidence réelle que cela pouvait avoir sur mon état physique. 

Comme le précise le naturopathe avec lequel j'ai pu échanger, "ceci n'est pas un sprint mais une course de fond". Le travail naturopathique et d'hygiène vitale est long et nécessite patience, persévérance, mais aussi bienveillance. Aucun intérêt à se mettre la pression. C'est dans la régularité que l'on perçoit l'amélioration des symptômes. Au fur et à mesure des mois qui passent, j'arrive à mieux comprendre mon corps, ses besoins et ses réactions : qui sont en vérité des messages envoyés sous forme de symptômes visant à m'alerter que quelque chose n'est pas en équilibre en moi (d'un point de vue physiologique ou psychique, rien n'est laissé au hasard : c'est ce que l'on nomme le causalisme). 

Je ne rentrerai pas trop dans les détails, mais grâce à un protocole naturopathique rigoureux, j'ai pu stopper ma tendance à l'hypoglycémie, aux vertiges, à la fatigue et à l'hypothyroïdie. Je suis même convaincue que sans cela, mes maux se seraient aggravés au fil du temps, et auraient peut-être pris le chemin d'une pathologie plus conséquente. 



Les aliments à éviter en cas de syndrome de l'intestin irritable

  • les fodmaps sont des aliments qui fermentent dans les intestins et provoquent des douleurs, des ballonnement et occasionnent diarrhée et constipation pour les personnes qui ne les tolèrent pas.
    pain
  • céréales transformés type muesli à l'avoine
  • brioches et viennoiseries
  • gâteaux industriels 
  • gâteaux et desserts à base de farine de blé
  • Farine de schaar au maïs et fécules 
  • pâtes, lasagnes
  • plats préparés
  • desserts lactés
  • crème glacée
  • yaourts
  • fromage blancs
  • chocolat au lait et blancs
  • boissons au cacao lacté
  • desserts contenant du lait
  • fromages pasteurisés
  • sauces industrielles
  • crème fraiche et crème liquide
  • chantilly
  • lait (en même temps, beurk)
  • plats contenants des additifs industriels
Certains aliments peuvent aussi nécessiter de les consommer en quantité modérée ou avec prudence compte tenu d'une fragilité digestive :
  • crudités
  • crucifères
  • légumineuses
  • protéines animales de qualité médiocre
  • chocolat
  • aliments à hauts index glucidique tels que les farines et produits céréaliers
  • les fruits (éloignés des repas idéalement, alterner entre cuits et crus)
  • les graisses (petite quantité et de bonne qualité)
  • café & alcool (désolé!)
manger sain


Le régime low FODMAP, pour réduire la fermentation dans l'intestin

Je n'ai jamais voulu me lancer dans une diète low fodmap pour la simple et bonne raison qu'elle est très restrictive et risquerait de provoquer beaucoup de frustration chez moi alors qu'une alimentation raisonnable me permet d'améliorer mes symptômes.

Cependant, cette diète est reconnue aujourd'hui par de plus en plus de médecins et thérapeutes. Elle consiste à réduire de manière très contrôlée les sucres alimentaires responsables des fermentations dans l'intestin. Car ces sucres ont du mal à être absorbés par le colon et génèrent par conséquent des ballonnements, douleurs et troubles du transit.
  • Fermentable 
  • Oligosaccharides (fructo-oligosaccharides, galacto-saccharides)
  • Disaccharides (lactose…)
  • Monosaccharides (glucose, fructose)
  • And
  • Polyol (édulcorants : sorbitol, mannitol, xylitol)

Elle permet en effet un soulagement rapide des symptômes digestifs de la colopathie. Mais attention, le protocole low FODMAP ne revêt pas une solution sur le long terme pour soigner la colopathie. Comme on réduit drastiquement les quantités de fibres fermentescibles, vous privez votre organisme de nombreux nutriments indispensables.
Il s'agit donc plus d'un soutien temporaire qui va permettre en parallèle d'instaurer d'autres actions thérapeutique visant à traiter le fond. 

Pratiquer le jeûne intermittent pour soulager son ventre

jeûne intermittent



En revanche j'ai expérimenté le jeûne intermittent et dois reconnaître que malgré ma réticence des débuts, j'ai pu constater un réel soulagement de mes ballonnements qui s'installaient en général en milieu de journée ou le soir. J'ai ainsi retrouvé la sensation de faim naturelle que j'avais auparavant perdu et un ventre dégonflé.

Pourquoi le jeûne Intermittent est bénéfique pour les intestins sensibles ? 

Le jeûne intermittent de 16h avec une fenêtre alimentaire de 8h permet à l'organisme de mieux s'auto-nettoyer. En laissant au système digestif plus de temps de repos, il est donc en mesure d'activer davantage son complexe moteur migrant. Ce dernier, responsable des petits gargouillis dans le ventre est en réalité un phénomène naturel extrêmement bienfaisant. Pendant que l'estomac reste vide et inactif (4h après le dernier repas), c'est tout le tube digestif qui se met au travail pour potentialiser la digestion des aliments et se régénérer. Ce système de "vidange" est aussi responsable d'un transit efficace.   

J'ai compris qu'à tout le temps grignoter, à manger à des heures très tardives, et en trop grande quantité, ce complexe moteur migrant n'est plus capable de fonctionner correctement puisque le corps est constamment en digestion. Ce qui inévitablement entraîne une longue réaction en chaîne de troubles digestifs et autres symptômes.

Le jeûne Intermittent est-il bon pour tout le monde ? 


Le jeûne intermittent ne comporte pas de dangers particulier pour une personne adulte à partir du moment ou celle-ci s'alimente suffisamment. Ce n'est pas parce qu'on supprime le repas du matin ou du soir qu'il faut réduire son apport calorique. l'idéal est de se faire suivre encore une fois par un spécialiste afin d'éviter de commettre certaines erreurs qui pourraient nuire à votre vitalité. Ne poursuivez pas un jeûne si vous êtes malade (virus, etc...) ou si vous vous sentez faible et prenez conseil auprès de votre médecin.


Une alimentation plus sereine pour un ventre apaisé et se libérer de la charge mentale 


vouloir contrôler ce que l'on mange par obssession d'être en bonne santé ou par peur d'être malade


Lors de mon errance alimentaire et médicale, j'ai eu également la très mauvaise idée de me laisser tenter par une diète hyper protéinée assez réputée mais pas pour autant qualitative et bénéfique sur le plan santé. Et oui, on fait tous.tes des erreurs. Et on apprend de ces dernières pour ne plus se faire avoir !

Attention aux modes alimentaires tendances et aux régimes restrictifs dangereux pour votre santé 

Au bout de quelques semaines de ce régime alimentaire très protocolaire, les protéines transformées à base de soja et de pois m'ont donné de gros ballonnement suivi de douleurs digestives tous les soirs.

Mis à part une perte de masse grasse effarante, et une hyperactivité provoquée par des thés énergisants de cette même marque, j'ai réalisé que rien de bon ne sortirait de cette alimentation. Une nutrition non individualisée et excessivement chère pour ne rien arranger ! 

Si le sujet des protéines en poudre vous intéresse, je vous invite à aller faire un petit tour par ici !



Les vitamines synthétiques, le sirop de glucose, les édulcorants et les amidons ou autres extraits transformés et déshydratés d'ingrédients n'ont rien de naturel. Le corps n'a pas été conçu pour vivre avec cette alimentation (même partiellement ! ). 

Je n'ai toujours pas compris d'ailleurs pourquoi l'on vante une boisson protéinée qui contient tant de sucres raffinés (quasiment 100% des glucides qu'elle contient sont du sucre pur !) 

Lâcher-prise et stop au contrôle de l'assiette

Après tant de mauvaises expériences et d'errance, de prises de tête pour savoir ce qui est bon ou mauvais, j'ai finalement ressenti un profond besoin de faire la paix avec mon assiette et de retourner à l'essentiel. Car à trop penser, on finit par oublier de vivre et l'on se rend compte que la place que l'alimentation prend dans notre vie n'est pas saine

Le besoin qu'on les gens à contrôler leur nutrition pour vivre un "healthy lifestyle" peut vite déborder sur des pathologies du comportement alimentaire (TCA). S'installe alors une angoisse de prendre du poids, de ne pas manger suffisamment correctement et de ne plus rien contrôler.

La santé mentale est pourtant tout aussi importante que la santé physique. Gardez à l'esprit qu'une alimentation saine ne peut l'être que si votre mental est apaisé. Trop de pression engendre des comportements compulsifs ou obsessionnels (cheatmeal et repas gargantuesques, compensations extrêmes) qui auront inévitablement un impact négatifs sur votre santé. (fatigue, mal-être, épuisement, carences, troubles digestifs…) 



Et la chrono nutrition, késako?

manger les bons aliments au bon moment

Si vous ne connaissez pas la chrononutrition, il s'agit d'un régime ou plutôt un mode d'alimentation qui consiste à manger les "bons aliments" au "bon moment" de la journée afin que le corps puisse les assimiler de manière optimale.

Pourquoi la chrononutrition est intéressante ? 

Il paraît, d'après certains experts (peu d'études sur le sujet) et surtout d'après le docteur Delabos, spécialiste en chrononutrition, que le corps est pourvu d'enzymes spécifiques qui fonctionnent plus ou moins efficacement selon les moments de la journée. Ces enzymes qui participent au travail de la digestion des aliments que nous mangeons ne sont donc pas actives 24/24h d'où l'importance de "hiérarchiser" sa nutrition.

En l'occurrence, le matin il faudrait manger selon ce principe gras et protéiné; donc du fromage, de la charcuterie et surtout pas de sucre. Car le matin, consommer des glucides simples en quantité serait forcément la cause d'un pic d'insuline entraînant de l'hypoglycémie dans le courant de la matinée. Je vulgarise ici les explications, car il est évident que tout est bien plus complexe. 

Le midi il faudrait manger des protéines et des féculents et enfin à 16h, des fruits et des oléagineux afin de recharger l'organisme en sucre.

Le soir, le repas peut-être sauté si l'on n'a pas faim (jeûne), car le Dr Delabos estime que le dîner n'est pas indispensable (l'organisme aurait déjà reçu tous les nutriments essentiels sur les autres repas). En revanche, si vous ne mangez pas le soir comme il est conseillé du poisson et des légumes, il faut ajouter dans ce cas, au petit déjeuner, une portion de fibres puisque les autres repas n'en contiennent pas assez. 

Cette manière qu'a la chrono nutrition de structurer les assiettes dans la journée possède l'avantage de simplifier les repas et donc de les rendre plus digestes. Les fibres sont consommées en petite quantité et moins nombreuses sur une journée ce qui limite fortement les risques de fermentation dans l'intestin. De nombreuses personne réussissent à perdre du poids et à retrouver une meilleur vitalité ainsi. Mais attention, comme toute alimentation, la chrono nutrition comporte des faiblesses et peut ne pas vous convenir.



Pourquoi doit-on se méfier de la chrono nutrition quand on souffre du syndrome de l'intestin irritable?


L'alimentation n'est pas une science exacte.

Ce principe de nutrition, très mis en avant par de nombreux thérapeutes peut paraître très restrictifs et ne pas convenir à toutes et à tous. Aucun mode alimentaire ne peut convenir à une population entière étant donné que nous ne sommes pas tous égaux face à l'alimentation. Certains supporterons parfaitement l'alimentation végétale quand d'autres ne pourront pas maintenir une bonne santé sans consommer de protéines animales. Certains seront intolérants à des familles d'aliments, etc.

N'oublions pas que nos besoins nutritionnels sont variables et doivent s'adapter à notre mode de vie et nos particularités physiologiques et psychologiques. Par ailleurs nous sommes tous.tes doté.es d'un microbiote intestinal unique qui nous différencie les uns des autres. D'où l'impossibilité de pouvoir considérer que l'on doit tous s'alimenter sur le même modèle.


Les limites de la chrono nutrition

Le premier problème que j'ai rencontré avec la chrono nutrition lorsque je m'y suis intéressée en pratique, est le manque de fibres. Moi qui possède un transit extrêmement paresseux, j'ai eu beaucoup de mal à me priver des légumes et fruits qui prenaient auparavant une place très importante dans mes repas. J'ai donc vu un retour fulgurant des crises douloureuses liées à une constipation importante.

Ensuite, mon foie a nettement été mis à mal à cause de cette alimentation riche en  gras saturé le matin. Une lourdeur au niveau du côté gauche de l'abdomen et du foie revenant en permanence chaque jour, ainsi qu'une fatigue après les repas et une peau soudainement acnéique sont bel et bien des marqueurs démontrant que la digestion n'est pas bonne. 

Il m'a fallu quelques semaines pour comprendre que ce mode d'alimentation n'était adapté ni à mon mode de vie, ni à ma pathologie digestive. Malgré une amélioration partielle de mes troubles digestifs (plus de ballonnements sans doute dû à l'absence de fibres), cette diète est loin d'être optimale pour moi.

Le fait d'être dans le contrôle permanent de ce que l'on mange (y compris de s'interdire un fruit le matin par exemple ou des légumes le midi) peut engendrer une grande frustration. Et comme déjà expliqué plus haut, celle-ci ne fait pas bon ménage avec notre digestion et notre charge mentale!


Pour vous donner un exemple, la coach qui m'avait suivi lors du protocole de chrono nutrition m'a expliqué que certains aliments consommés à certaines heures faisaient grossir; pour n'en citer qu'un: le fromage le soir. 
Le souci avec ce genre d'affirmation et de croyance, c'est qu'on peut rapidement faire basculer une personne vers des troubles alimentaires ! (TCA). Et même s'il est vrai que consommer du fromage tous les soirs n'est pas bon pour le cholestérol ni pour la ligne, dire à quelqu'un qui a des TCA ou qui ne possède pas un rapport sain et serein à l'alimentation, de ne surtout jamais manger de fromage le soir au risque de prendre du poids peut s'avérer très destructeur. 

Ces affirmations sont d'autant plus choquantes qu'elles sont tout à fait infondées puisque que vous mangiez votre fromage le matin ou le soir, ce n'est pas l'horaire qui favorisera la prise de poids. Les phénomènes en questions sont bien plus complexes et nombreux que cela ! 

Voilà pourquoi j'ai finalement arrêté le suivi avec cette praticienne. J'ai bien conscience que son protocole a pu aider de nombreux autres patients soit à vaincre des problèmes digestifs, de choléstérol, soit à perdre du poids, mais ce plan alimentaire n'était pas ce qu'il y avait de mieux vis à vis de mon SII.


Le retour à une alimentation libre, la fin des restrictions et le retour du plaisir de manger



L'alimentation hypotoxique et anti-inflammatoire

Finalement, bien manger, c'est surtout manger des aliments naturels, non transformés, biologiques tout en comprenant son horloge interne et ses besoins nutritionnels personnel. 

L'alimentation hypotoxique, c'est quoi ? 

Il s'agit d'un mode alimentaire qui a pour objectif d' apporter à l'organisme les nutriments essentiels par le biais d'aliments naturels, biologiques. On supprime par conséquent tous les produits industriels et hyper transformés.
Nombreuses sont les études qui ont démontré la dangerosité sur le moyen et long terme d'une alimentation industrielle. Ces produits riches en additifs, sucre, sel, mauvaises graisses, pesticides et autres substances mènent l'organisme à un encrassage important et pathologique de ses organes émonctoires. Il est ainsi prouvé que l'alimentation moderne provoque de nombreuses maladies comme le diabète, le cholestérol, l'obésité, les maladies cardiaques ainsi que de nombreux syndromes inflammatoires et maladies auto-immunes 

Pour suivre l'alimentation hypotoxique, il convient de manger plus "brut", à la manière de nos ancêtres. (c'est pour cela qu'on l'appelle aussi le régime Paléo). 

Il convient alors de:
  • Limiter fortement les céréales (surtout les plus industriels)
  • Eviter les produits laitiers
  • Supprimer tout aliment industriel hyper transformé
  • Réduire la température de cuisson des aliments pour éviter leur toxicité (cf réaction de Maillard) 
  • Consommer frais, cru, cuit à la vapeur et à température basse
  • Manger biologique 
  • Consommer des superaliments riches en vitamines et minéraux 

Pour ceux qui seraient intéressés par cette alimentation, je vous encourage à lire les travaux des docteurs Seignalet et Lagacé. Vous pouvez facilement trouver des guides de recette comme celui qui me sert à la maison (le régime hypotoxique de Marie-France Thivierge). 


La prise de conscience : pas de recette miracle pour soigner le syndrome de l'intestin irritable

Si j'ai bien appris une chose durant ces dernières années, c'est qu'aucun individu ne peut vous connaître mieux que vous-même. Ne laissez personne vous dire ce qui est bon ou mauvais pour vous de manière catégorique! En effet le doute est toujours le bienvenu et permet d'avancer vers une meilleure connaissance et compréhension de la santé.

Dès lors que l'on vous fait des injonctions, posez-vous la question suivante : est-ce que ce qui est bon pour lui/elle est forcément bon pour moi ? Sommes-nous parfaitement identiques en tout point de vue? Et vous verrez que la réponse est bien évidemment que NON !

Chaque personne est singulière et ne réagit pas de la même manière à un mode alimentaire. Chaque individu possède des besoins nutritionnels mais aussi émotionnels qui lui sont propres et un métabolisme spécifique.

Aussi, nous ne sommes pas seulement des êtres de chair. Nous trainons sur nos épaules notre vécu et dans notre corps, nos émotions cristallisées qui font de nous des êtres totalement uniques.

 



Parfois-même la science ne parvient pas à expliquer certains faits qui défient toute logique scientifique. 

Aussi, celui qui ne digère pas ses émotions ne peut digérer ses aliments. Comment faire alors pour aller mieux? Peut-être en étant moins intolérant avec soi-même et en acceptant ce qui est ou ce qui a été. Vous savez, ce passé qu'on n'a toujours pas digéré même après des années !Yoga, Ayurvéda


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Alimentation gourmande pour colopathes : Pancakes sans gluten et sans lactose.

Qui n'aime pas les pancakes ? Ces petites crèpes moelleuses et gourmandes, grand classique des petits déjeuners du weekend ou des petits dèj' tout court! En tout cas, moi je suis une fan inconditionnelle!  Le hic, c'est que quand on est colopathe, intolérant au lactose ou au gluten , il vaut mieux éviter les produits laitiers et les farines de blé. J'attache une très grande importance au choix des aliments que je consomme au quotidien car j'ai depuis longtemps compris que ce que je mange a une large incidence sur les troubles digestifs.  J'essaye autant que possible de trouver des solutions alternatives pour rendre mes recettes plus digestes et éviter ainsi les crises de spasmes et autres problèmes très désagréables. Le but étant d'éviter les tracas liés au syndrome de l'intestin irritable que je ne souhaite à personne tellement cela peut me pourrir la vie...  Grâce à une nutrition adaptée et réfléchie, je digère bien mieux mes repas et j'ai enfin re

Henné : astuces pour réussir sa couleur végétale

Tu souhaites  tester la coloration végétale  seule, comme une grande, et tu es enfin décidée à adopter une green routine. Bravo ! Il faut dire que c'est un peu angoissant, car c'est un monde totalement inconnu dans lequel tu t'apprête à plonger. Comment s'y prendre pour réussir sa couleur? Comment avoir de beaux cheveux forts et brillants naturellement tout en utilisant des cosmétiques sains et écoresponsables  ? Je vais ici tenter de répondre à tes questions sur les plantes colorantes dont le henné fait partie. Fini les couleurs chimiques qui sentent l'ammoniac à des kilomètres et les démangeaisons. Place aux cheveux éclatants de santé à faire pâlir d'envie le reste du monde !  Etape 1 : préparer ses cheveux à la coloration Peu importe la nature de tes cheveux et ce que tu leur a fait comme entretien auparavant, il est tout à fait possible de passer à la coloration végétale maison avec simplicité et sans se ruiner   Bien évidemment, il existe plusieurs étapes